Livraison gratuite en point relais dès 75€ d’achat en France et en Belgique !

Aider votre enfant à bien parler : le guide complet

10 mai 2020

Commentaires

Des personnes de votre entourage vous disent qu’ils ne comprennent pas votre enfant lorsqu’il parle ? Vous avez l’impression qu’il présente des lacunes ou un retard pour son âge ? La question du langage oral est essentielle pour communiquer et se socialiser. Dès lors, comment aider votre enfant à bien parler ? Dans cet article, je vous propose 14 conseils concrets pour parvenir à améliorer le langage oral de votre enfant. Ces recommandations correspondent à celles que je transmets habituellement aux parents et aux enfants qui viennent me consulter en cabinet d’orthophonie.

1) Vérifiez l’audition de votre enfant

Les premières choses que je demande aux parents lors de notre entretien d’introduction concernent l’audition de leur enfant :

  • est-ce que votre enfant vous entend bien ? ;
  • a-t-il eu des otites ? Si oui, à quelle fréquence ? ;
  • est-il souvent enrhumé ? ;
  • l’audition a-t-elle été vérifiée lors de la visite médicale à l’école ?

L’otite est une infection courante chez le jeune enfant puisqu’elle représente entre 2 et 3 millions de consultations en France chaque année.

Si nous avons le moindre doute de ce côté, je conseille toujours aux parents d’aller voir un médecin ORL (oto-rhino-laryngologiste). En France, il n’est pas nécessaire de passer par le médecin traitant pour prendre rendez-vous chez un ORL pour les enfants de moins de 16 ans.

Que coûte une consultation chez un médecin ORL ?

En France, la consultation est prise en charge par la Sécurité sociale, comme pour les consultations chez le médecin généraliste.

En Belgique, une part du prix de la consultation reste à la charge des parents.

Que fait le médecin ORL ?

L’ORL, spécialiste du nez, de la gorge et des oreilles, examine l’aspect du conduit auditif externe et du tympan. Vous trouverez sur ce site un annuaire des professionnels de l’ORL en France.

L’audiogramme

Le médecin ORL effectue un examen qui porte le nom audiogramme. Lors de ce test de l’audition, l’enfant doit dire lorsqu’il entend un bruit dans le casque positionné sur ses oreilles et montrer de quel côté ce son provient.

Pour les tout petits, cette procédure n’est pas toujours possible. De ce fait, certains services ORL pédiatriques utilisent des jeux afin de rendre le test interprétable. Par exemple, l’enfant pousse sur un bouton qui anime un train quand il entend un bruit.

La tympanométrie

L’ORL utilise également un appareil pour vérifier si les tympans sont bien mobiles. Pour ce faire, il place des bouchons dans les oreilles de l’enfant et fait « vibrer » ses tympans. Même si la description parait impressionnante, cet examen est indolore.

Si les tympans ne sont pas suffisamment mobiles, c’est le signe qu’il y a du liquide derrière le tympan, il s’agit peut-être d’une otite séreuse ou séromuqueuse (otite de l’oreille moyenne).

Certaines de ces otites sont chroniques et reviennent à chaque fois que l’enfant est enrhumé. Bien évidemment, lorsque l’enfant a ce type d’otite, il entend moins bien. La perte d’audition peut être significative.

Dans ces cas-là, l’enfant peut avoir du mal à entendre ses parents qui lui parlent, mais également son maître ou sa maîtresse lorsqu’il est en classe. Pour comprendre cette situation, imaginez ce que vous entendez quand vous avez de l’eau dans les oreilles.

Votre enfant ne parle pas bien ? Le problème vient peut-être de son audition !

Voilà un des seuls cas de figure où les parents auraient préféré entendre un peu moins bien…

Quels sont les traitements ?

Le premier traitement peut être un antibiotique, des gouttes auriculaires ou une paracentèse qui correspond à une petite ouverture du tympan avec une lame très fine.

Dès lors que les otites ne disparaissent pas avec un de ces traitements ou qu’elles reviennent trop souvent, il est parfois nécessaire de poser des « yoyos » ou implants trans tympaniques, appelés aussi aérateurs. Ils permettent au liquide logé derrière le tympan de s’écouler dans le conduit externe de l’oreille. Après quelques mois, les yoyos tombent et le tympan se referme naturellement.

La contrainte de ces implants est qu’ils imposent de ne pas avoir d’eau dans les oreilles pendant plusieurs mois. Dans la piscine, il faut par exemple mettre des bouchons dans les oreilles.

Ces détails sur le plan ORL sont extrêmement importants pour le langage oral. De nombreux parents se rendent compte tardivement que leur enfant entend mal et des mois, voire des années, peuvent être perdus.

La baisse de l’audition, conséquence des otites, est la première cause de retard de langage oral chez l’enfant.

Dès que l’on a un doute pour un enfant qui a un retard de langage, on demande un bilan ORL, cela devrait même être systématique. Je dis souvent aux parents : « mieux vaut consulter pour rien que de passer à côté de ce type de problème ».

Comment repérer les signes d’une otite chez votre enfant ?

Les otites aiguës sont faciles à repérer puisque votre enfant a mal à une oreille ou aux deux. S’il est suffisamment grand pour s’exprimer, il vous dira qu’il souffre. Chez les bébés, un signe qui peut vous alerter est lorsqu’il touche souvent ses oreilles et pleure. Cependant, certaines otites passent inaperçues, car l’enfant n’éprouve pas de douleur ou n’en montre aucun signe.

De manière générale, les enfants ont souvent des rhumes. Lorsqu’ils ne savent pas se moucher et qu’ils reniflent, les trompes d’eustache se bouchent et l’otite n’est pas loin.

Par conséquent, il est très important d’apprendre aux enfants à se moucher et de leur faire des lavages de nez. Tous les parents connaissent ces pipettes de liquide physiologique à injecter dans les narines des enfants. Sachez que le lavage régulier du nez avec du liquide physiologique est le meilleur remède pour soigner le rhume, pour tous les enfants, petits et grands.

Cette pratique est d’ailleurs très fréquente chez les Japonais de tous âges, ce qui évite bien des infections de la sphère ORL. Cette recommandation est tout aussi utile pour les personnes qui souffrent d’allergies.

Pour les enfants plus grands, il est indispensable de leur apprendre le mouchage. Lors de mes consultations, je vois tant d’enfants de 4, 5 ans ou plus qui ne savent pas se moucher. Pourtant, cette compétence est très importante !

Comment reconnaît-on un enfant qui entend mal ?

Pour reconnaître un enfant entend mal, vous pouvez vous appuyer sur certains signes parlants :

  • votre enfant prononce mal les mots et fait de nombreux assourdissements, c’est-à-dire que les consonnes v-j-z se transforment en f-s-ch ou g-d-b en c-t-p. Par exemple, le mot « voiture » est prononcé « foitur » et « jardin » est prononcé « chartin » ;
  • quand vous appelez votre enfant, il ne se retourne pas ;
  • vous remarquez qu’il parle fort, qu’il crie même ;
  • il vous fait souvent répéter ;
  • vous avez l’impression qu’il ne fait pas attention ;
  • il augmente toujours le volume de la télévision ;
  • vous notez qu’il fixe votre bouche intensément quand vous lui parlez.

2) Limitez les écrans

Combien d’heures votre enfant passe-t-il devant les écrans ? Voici une question que je pose systématiquement aux parents qui la redoutent certainement.

Apprendre à bien parler requiert de nombreux contacts avec d’autres êtres humains. Cette interaction ne peut être remplacée par des paroles virtuelles. Un enfant n’apprendra pas à bien parler s’il passe de longues heures devant un écran, même si vous mettez un programme où une personne lui parle.

Combien d’heures d’écran par jour ?

Idéalement, il ne faudrait pas d’écran avant 3 ans. Dans la réalité, je sais que c’est très difficile. J’ai moi-même des enfants et je me bats au quotidien pour limiter leur usage.

Je recommanderai de ne pas dépasser 30 minutes d’exposition par jour avant 3 ans, de prohiber l’utilisation de la tablette pour les bébés et d’éviter d’installer une télévision dans la chambre.

Entre 3 et 6 ans, essayez de limiter vos enfants à une heure d’écran par jour maximum (dans l’idéal bien sûr). Pensez aussi à ne pas laisser la télé allumée quand vous ne la regardez pas.

Beaucoup de parents que je rencontre laissent la télé allumée pour avoir un fond sonore à la maison, ils prennent même leur repas en regardant la télé. Cette pratique a pour effet de diminuer les échanges familiaux et c’est dommage.

Une règle à adopter : pas d’écran le matin avant d’aller à l’école !

Une étude française récente a prouvé que les enfants qui regardent la télé le matin avant l’école ont 3 fois plus de retard de langage que les autres et de moins bons résultats scolaires.

Lorsqu’un enfant regarde la télé le matin, cela épuise son « stock attentionnel », sa réserve d’attention. Ensuite, une fois à l’école, il n’est plus capable d’écouter la maîtresse ou le maître.

Cette habitude est une des raisons pour laquelle de si nombreux enfants présentent désormais des difficultés d’attention. Évidemment, il y a bien d’autres raisons, néanmoins ce facteur est déterminant.

J’ai découvert une étude portant sur les enfants belges qui indique que 47 % des enfants prendraient leur petit-déjeuner devant la télévision. Ces chiffres me semblent énormes, à vérifier…

14 conseils d'orthophoniste pour aider votre enfant à bien parler.

Émilie et Salomé ont trouvé une méthode radicale pour limiter les écrans…

3) Réduisez l’utilisation de la tutut ou tétine

De nombreux enfants qui viennent me voir au cabinet ont encore une tétine à l’âge de 3, 4, 5 ans, voire plus ! Je sais que pour certains d’entre eux, arrêter la tétine n’est pas facile, mais son arrêt est très important pour plusieurs raisons.

La tétine est un objet qui gêne l’articulation puisqu’elle empêche la langue de monter au palais, ce qui est pourtant la position normale de la langue au repos. Comment bien parler avec un gros objet dans la bouche ?

Les enfants parlent avec la tétine dans la bouche et l’air passe alors sur les côtés en gonflant les joues. Cela provoque un trouble articulatoire appelé chlintement ou chuintement. Il s’agit d’un trouble articulatoire difficile à rééduquer en orthophonie.

L’air s’échappe sur les côtés lorsque l’enfant prononce les « ch-j » et parfois « s-z ». Certains peuvent garder ce trouble articulatoire à vie, comme la sympathique Isabelle Mergault.

De plus, la tétine provoque des béances (trous) dentaires. Il se forme alors un espace important entre les incisives supérieures et les incisives inférieures. Plus tard, ces enfants devront probablement porter un appareil orthodontique.

Le coût de ces appareils est important, ainsi que ses contraintes pour l’enfant. Il est possible d’éviter le port de ces appareils grâce à l’application de bonnes habitudes dans la petite enfance.

Bien évidemment, pour certains enfants, le port d’un appareil orthodontique sera nécessaire pour d’autres raisons comme la prognatie ou la rétrognatie.

Cependant, supprimer la tutut, respirer par le nez, bien positionner la langue dans la bouche, rééduquer les troubles articulatoires peuvent grandement diminuer le recours à l’orthodontie.

De plus, la tutut entraîne ce que nous appelons une « langue basse », c’est-à-dire que la langue reste toujours en bas dans la bouche. De ce fait, le palais haut ne se développe pas normalement.

La langue, quand tout va bien, a pour effet d’écarter les dents et le palais haut. Si la langue reste toujours en bas, le palais haut reste étroit. Par conséquent, un traitement orthodontique est nécessaire afin d’agrandir le palais et repositionner les dents. La tétine maintient donc une déglutition primaire.

Enfin, lorsque l’enfant a une langue basse, il respire par la bouche. Cette langue basse entraîne des malpositions lors de l’articulation de certains sons (s/z en particulier).

Guide complet pour aider votre enfant à bien parler.

Après sa visite chez l’orthodontiste, Marc est décidé à laisser tomber la tétine !

La respiration nasale

La respiration nasale (par le nez) doit être une priorité chez l’enfant. Une bonne respiration nasale permet une bonne ventilation, moins de risques d’attraper des microbes puisque le nez filtre l’air et une bonne position de la langue.

Dans la sphère ORL, tout est lié : le nez, la bouche, la gorge et les oreilles.

Si l’enfant est enrhumé, il garde la bouche ouverte, sa langue reste en bas et c’est le cercle vicieux.

À l’inverse, si l’on fait des lavages de nez fréquents, que le nez de l’enfant est dégagé, on peut lui rappeler de garder la bouche fermée et de respirer par le nez. Vous pouvez garder à l’esprit : quand on ne parle pas, la bouche reste fermée.

Pourquoi respirer par le nez ? Les poils du nez filtrent l’air, le nez réchauffe l’air en hiver (véridique) et, lorsque la bouche est fermée, la langue se met au bon endroit. Au repos, la pointe de la langue se place sur la papille palatine, petit relief derrière les dents que vous pouvez observer dans le visuel ci-dessous.

Bien parler avec Apili

Source : Dr. Albert Hauteville.

La déglutition

Lorsque l’enfant est tout jeune, il boit en « tétant », c’est ce que nous appelons une déglutition infantile ou primaire. Cette pratique est efficace et naturelle pour l’allaitement ou le biberon.

Lorsqu’il grandit, l’enfant passe ensuite à une déglutition « adulte » : la pointe de la langue se pose sur la papille derrière les dents du haut et la langue monte pour projeter le liquide ou le bol alimentaire vers l’arrière.

Si l’enfant garde une déglutition primaire, la langue reste en bas, se déplace vers l’avant et pousse sur les dents.

Quand on sait qu’un humain déglutit environ 2 à 3 000 fois toutes les 24 h, on comprend pourquoi les dents suivent le mouvement. Cela entraîne des malpositions dentaires.

Par conséquent, il faut alors entreprendre une rééducation orthophonique pour apprendre à l’enfant à bien « déglutir/avaler » et porter un appareil orthodontique. Les deux sont indissociables, poser un appareil si on ne rééduque pas la déglutition ne servirait à rien. Une fois l’appareil enlevé, la langue pousserait à nouveau les dents vers l’avant.

Source : le courrier du dentiste, effets de succion du pouce sur la santé des dents de l’enfant.

Le pouce

Comme pour la tutut, le pouce a des conséquences sur la position de la langue, l’articulation et les dents. Il a même un impact plus important sur les dents que la tutut qui « limite » la pression sur les dents.

4) Ne faites pas répéter votre enfant trop tôt

Avant l’âge de 4 à 5 ans, je dis généralement aux parents de ne pas faire répéter leur enfant, car cela peut déclencher un bégaiement, surtout si l’enfant présente un retard de langage important.

L’enfant se met à réfléchir à la façon de parler, la parole perd son caractère spontané et les blocages apparaissent. Le bégaiement pourrait être un sujet à part entière tellement il y a de choses à dire !

Si votre enfant est en âge de répéter, mettez-vous à sa hauteur, montrez lui votre bouche, la langue qui monte, faites-lui ressentir les vibrations des cordes vocales en mettant sa main sur votre gorge et en faisant ressentir les vibrations sur sa propre gorge.

L’enfant a besoin de voir notre bouche pour apprendre à articuler, cela s’appelle l’apprentissage par mimétisme ou imitation. C’est de cette manière que les enfants apprennent à parler.

Que faire si on ne fait pas répéter l’enfant ? Je conseille aux parents la reformulation ou le feedback correctif. Il suffit de répéter correctement ce que votre enfant vient de vous dire.

S’il vous dit : « maman moi pipi », vous lui dites : « oui, tu voudrais aller faire pipi ». S’il vous dit : « gad la belle méson », vous répétez simplement : « oh oui, la maison est belle ! », en mettant en évidence les difficultés de la phrase (les « r », le « z » dans maison).

Aider votre enfant à bien parler grâce aux conseils d'un orthophoniste.

Pas sûr que se laver la bouche au savon soit efficace pour bien parler Éva !

5) Faites attention au bégaiement

Si votre enfant bégaie depuis plusieurs semaines et que vous sentez qu’il commence à être en difficulté, prenez rendez-vous chez un·e orthophoniste en précisant que votre enfant bégaie et qu’il s’agit d’une urgence. Il/elle vous prendra en priorité.

En cas de bégaiement, ne donnez aucun conseil comme « prends ton temps », « respire », « calme-toi ». Tous ces conseils sont à proscrire ! Pourtant c’est ce que font les parents spontanément pour aider leur enfant à bien parler. Malheureusement, ces indications font disparaître le côté spontané de la parole et le plaisir d’échanger. L’enfant se met alors à réfléchir à sa façon de parler et cela peut être le début de l’engrenage du bégaiement.

Pour l’aider, on propose le mot qui bloque, on se met à la hauteur de l’enfant, on lui montre qu’on est là et qu’on l’écoute.

Les bégaiements qui apparaissent avant l’âge de 6 ans ne durent généralement pas et disparaissent spontanément. Certains bégaiements apparaissent lors de « traumatismes » psychologiques comme la séparation des parents, des conflits à l’école ou des difficultés scolaires.

Si le bégaiement persiste et devient gênant pour votre enfant ainsi que pour votre entourage, prenez rendez-vous avec une/un orthophoniste.

6) Lisez des histoires

Lire des histoires tous les jours à votre enfant est bénéfique pour de multiples raisons. La lecture d’histoires développe le vocabulaire, la syntaxe, la compréhension du langage écrit et de l’implicite, l’imaginaire et l’écoute des sons. Voyons tous ces aspects plus en détail.

Pour le vocabulaire

Un enfant à qui on lit des histoires tous les jours connaît 3 000 mots à l’entrée au CP ou 1re primaire. En comparaison, un enfant à qui on ne lit pas d’histoires n’en connaît que 500 !

Le vocabulaire est déterminant pour toute la scolarité de votre enfant. S’il ne connaît que 500 mots au CP, il aura un retard probable en compréhension, plus de mal à apprendre à lire et de moins bons résultats scolaires.

Nous savons qu’un bon lecteur améliore son niveau de vocabulaire de façon fulgurante. À l’inverse, un enfant qui a peu de vocabulaire et du mal à lire le développera d’autant moins.

Pour la syntaxe

La lecture d’histoires permet d’avoir de multiples références sur la construction des phrases. Ces repères seront particulièrement utiles pour améliorer la syntaxe.

Pour la compréhension du langage écrit

Le langage écrit (des livres) n’est pas le même que le langage oral, les tournures de phrases sont différentes.

Si votre enfant n’est pas en contact régulier avec des histoires, il aura plus de mal à comprendre ce qu’il lit par la suite, d’où les fameux problèmes de compréhension.

Pour la compréhension de l’implicite

La lecture d’histoires sert à mieux comprendre les éléments implicites dans le récit, mais également à saisir les traits d’humour, la chronologie des histoires, la morale ou le type de livre (biographie, fiction, fantastique, etc.).

Pour stimuler l’imaginaire

Votre enfant pourra plus facilement inventer des histoires s’il en a entendu beaucoup.

Pour l’écoute des sons

La conscience que votre enfant a des sons des sons est primordiale. Il comprend alors que les mots peuvent être décomposés en syllabes et que ces syllabes sont composées de bruits ou « phonèmes ». Il s’agit d’une compétence capitale pour l’apprentissage de la lecture et de l’orthographe qui viendra par la suite.

Pour entraîner ces compétences d’écoute de sons, de phonologie donc, les comptines sont très efficaces, car elles contiennent des rimes. Vous pouvez vous amuser à frapper dans les mains en disant des mots au ralenti : to-bo-ggan.

En vous appuyant sur cette décomposition, vous pouvez ensuite demander à l’enfant :

– « qu’entends-tu au début du mot toboggan ? »

– « J’entends to ! »

– « Bravo ! Et à la fin, qu’entends-tu ? »

– « J’entends “gan” ! »

– « Exactement, bravo ! »

Dans quel ordre travailler la phonologie ?

Au départ, on travaille sur les syllabes, ensuite sur les bruits/phonèmes. Il est très utile de le faire régulièrement à la maison avec de nombreux mots du quotidien. Vous pouvez aussi vous amuser à dire les mots en « verlan », à l’envers :

  • « Si je te dis “tapis”, peux-tu me le dire à l’envers ? »
  • « Ta – pi, pita ! »
  • « Bravo ! »

Quand l’enfant est en grande section de maternelle, on travaille sur les syllabes, puis sur les bruits/phonèmes.

Quel est le tout petit bruit que tu entends au début de « vélo » ? « vvvvvvvvvvvvvvv ! » « Bravo ! »

C’est à ce moment-là que vous pouvez utiliser Apili pour montrer la lettre qui fait ce bruit, le geste que l’on fait et le symbole des vibrations des cordes vocales. Dans la méthode, vous verrez le dessin de référence et la bouche qui symbolise l’articulation. Un excellent moyen de mémoriser les lettres et le bruit qu’elles font !

Apili apprendre à parler - Phonologie

Encore d’autres avantages à la lecture d’histoires ?

La lecture d’images ou d’histoires est également un moment de qualité, sans téléphone portable, pendant lequel vous pouvez parler à son enfant et lui faire des câlins.

Il s’agit d’un instant privilégié pour poser des questions sur la lecture comme : que s’est-il passé ? Que va-t-il se passer après ?

Pour les plus petits, on pose des questions et on y répond nous-mêmes. Si l’enfant veut parler, on le laisse faire bien entendu.

Pour développer le langage oral, la lecture d’images est une des activités les plus efficaces pour les jeunes enfants. On peut le faire dès les premiers mois du bébé. Je l’explique dans ce montage vidéo avec mon filleul Nelson.

Vous pouvez voir de la lecture d’images ici avec Martin, âgé de 3 ans. Je décris simplement les images, je pose des questions et j’y réponds. C’est une approche très efficace !

7) Utilisez le « je » quand vous parlez à votre enfant

Beaucoup de mamans disent « maman va faire la vaisselle » quand elles parlent à leur enfant. Il est important de dire « je vais faire la vaisselle » afin de donner le bon modèle de langage à votre enfant.

Si vous n’utilisez pas le « je » quand vous parlez à votre enfant, il aura tendance à dire, par mimétisme, « Simon va jouer avec ses voitures », plutôt que « je vais jouer avec mes voitures ».

8) Parlez à votre enfant et répondez-lui en le regardant

Nos vies sont très remplies et nous avons des tas d’activités pour occuper nos journées. Lorsque notre enfant nous pose une question, il est important d’arrêter ce qu’on est en train de faire, de le regarder et de lui répondre.

Avec les téléphones portables, je vois tellement de parents qui ne regardent plus leur enfant ou des mamans qui poussent des poussettes en regardant leur écran. C’est triste, mais nous sommes tous concernés par cette situation, même nous les orthophonistes avec nos propres enfants ! Essayons de faire attention à cela.

Pendant la lecture d’histoires, laissons nos portables en dehors de la chambre. Quand nous parlons avec notre enfant, soyons pleinement présent à lui. C’est pareil en couple, laissons nos portables de côté lors des repas ou des moments de discussion.

9) Faites des activités avec votre enfant

Toutes les activités que vous pouvez faire avec votre enfant sont source d’échanges et de discussions. Prenez le temps de lui expliquer le plus de choses possible, montrez-lui de nouveaux objets, expliquez-lui à quoi ils servent.

Ces activités permettent à votre enfant d’apprendre de nouveaux mots de vocabulaire comme les ustensiles de cuisine, les fruits et légumes, les outils dans le garage…

Lors des repas, parlez à votre enfant, transformez ce moment en « bain de langage » comme disent les orthophonistes. Les bébés comprennent très bien ce qu’on leur dit, rien qu’à l’intonation de notre voix.

Activités pour aider votre enfant à bien parler.

Cet après-midi, c’est football avec mamie ! Enfin, presque…

10) Écoutez votre enfant

Lors des repas en famille, il n’est pas rare que les adultes parlent entre eux. Il est aussi fréquent que les plus grands de la fratrie parlent beaucoup et ne laissent pas parler le plus jeune. Il faut veiller à ce que chacun ait son tour de parole, puisse s’exprimer, expliquer ce qu’il a fait à l’école…

 11) Faites attention à la maturité

Le niveau de langage est intimement lié à la maturité de votre enfant. En général, les derniers de la fratrie parlent moins bien que les aînés. Il y a plusieurs raisons à cela.

Avec le premier, les parents sont plus disponibles pour lui parler et échanger avec lui. Quand on a plusieurs enfants, on est généralement moins disponible pour le dernier à qui l’on parle moins, sans en avoir conscience bien évidemment.

De plus, le dernier est souvent considéré comme le « petit » dernier et celui-ci a parfois tendance à « profiter » de cette place pour se faire dorloter et chouchouter. Il a donc moins envie de « grandir » et peut garder une certaine immaturité. Cet enfant aura donc plus tendance à parler « bébé ».

Certains parents trouvent que le zozotement de leur enfant est mignon, cela les fait rire. Attention, cela peut renforcer ce phénomène chez l’enfant qui se sent valorisé par ce trouble articulatoire.

Comme pour la tutut/tétine, prenez garde également au biberon ! Certains enfants continuent à boire au biberon à 3,4 voire 5 ans. Je sais que c’est pratique le matin au petit-déjeuner, mais cela n’aide pas votre enfant à « grandir ». De même que la tutut, le biberon entretient une déglutition infantile et peut maintenir l’enfant dans une certaine immaturité.

Pour remédier à cette situation, il vaut mieux que l’enfant utilise un bol ou une tasse. Si vous avez peur de réaliser cette transition trop tôt, sachez qu’un enfant peut boire seul à la tasse dès ses 12 mois !

12) Entraînez votre enfant à l’écoute des sons

La phonologie, la conscience phonologique ou conscience des sons

La conscience des sons est une des compétences les plus importantes à développer pour préparer l’apprentissage de la lecture. Dans ce domaine, certains enfants sont plus à l’aise que d’autres, naturellement. Heureusement, cela peut s’entraîner, c’est d’ailleurs ce que font les enseignants avec leurs élèves en maternelle.

Source : exemple d’exercice de phonologie en maternelle du site de maître François.

C’est ce que nous faisons également en rééducation orthophonique pour aider les enfants en difficulté de langage.

Le trouble phonologique

Certains enfants présentent ce que nous appelons un trouble phonologique. Nous utilisons ce terme lorsque les enfants ne sont pas à l’aise avec l’analyse des sons. Ce trouble serait d’origine génétique.

Ils présentent généralement un retard de parole (troubles articulatoires) et ont plus de difficultés pour apprendre à lire. La dyslexie la plus courante est d’ailleurs la dyslexie phonologique.

Ce trouble phonologique entraîne donc des difficultés d’apprentissage de la lecture, car les enfants ont du mal à mémoriser le lien entre les lettres et leur bruit.

C’est pour cela qu’il est beaucoup plus utile d’apprendre le bruit que font les lettres plutôt que leur nom (l’alphabet). C’est d’ailleurs la raison pour laquelle je répète ce conseil si souvent dans la méthode Apili.

Le trouble phonologique, souvent familial

Le trouble phonologique se retrouve régulièrement chez d’autres membres de la famille. Il est fréquent qu’un frère, une sœur ou un parent ait lui-même présenté un retard de langage.

Certains adultes qui présentent ce trouble phonologique peuvent avoir des difficultés à prononcer des mots complexes comme « psychologue » par exemple.

C’est le cas de mon ami maçon avec qui j’ai construit ma maison. Il ne savait pas pourquoi on lui disait qu’il était mauvais à l’école alors qu’il est intelligent. En l’entendant parler et en lisant ses messages, j’ai su immédiatement qu’il était dyslexique. Cela l’a beaucoup rassuré lorsque je le lui ai expliqué.

C’est le cas de beaucoup d’adultes aujourd’hui. Ils n’ont pas été diagnostiqués lorsqu’ils étaient enfants et ils ne savent pas qu’ils présentent un trouble phonologique. On leur a simplement dit qu’ils n’étaient pas bons à l’école.

Je suis toujours heureux d’expliquer cela à des parents qui viennent me voir, car ils comprennent enfin pourquoi ils étaient en difficulté à l’école. Je leur explique bien que ce trouble n’a aucun rapport avec l’intelligence ! Ils se sentent généralement soulagés.

La dysphasie

Lorsqu’un enfant présente un trouble phonologique très sévère, l’acquisition du langage est particulièrement laborieuse. Ce sont des enfants qui sont intelligents, mais pour lesquels le langage est vraiment problématique.

Il est difficile de les comprendre, les mots sont déformés, altérés, les tournures de phrases ne sont pas correctes. Ils peuvent dire « je suis mangé du pain » par exemple.

On appelle ce trouble « dysphasie » ou « trouble sévère du langage oral ». Le terme de « dysphasie » tend à disparaître.

Pour les enfants qui présentent ce trouble, une prise en charge orthophonique est absolument indispensable.

Certains de ces patients peuvent encore présenter des difficultés de langage à l’âge adulte.

13) Quand consulter un orthophoniste?

Lorsque le développement du langage se déroule bien, l’enfant prononce ses premiers mots vers un an : « papa, maman ». Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi ces mots sont dits en premier ?

C’est tout simple : ce sont des mots contenant des consonnes visibles sur les lèvres des parents : « p/m ».

L’année suivante, l’enfant commence par associer deux mots puis à faire ses premières phrases.

Vers deux ans, un enfant qui présente un bon niveau de langage utilise des phrases, dit bien « je » quand il parle de lui. Il lui est encore difficile de prononcer certains mots complexes bien entendu. Néanmoins, il est possible de converser avec lui.

À titre d’information, les derniers « sons/phonèmes » acquis sont généralement le « L » et le « R ». La tutut empêche d’ailleurs l’articulation du « L » puisque la langue doit monter au palais pour le prononcer.bouche Apili

Pour ces deux phonèmes, pas d’inquiétude si votre enfant ne les dit qu’en grande section, voire parfois au début de CP pour certains.

Pour le « L », il faut vérifier si le frein de la langue n’est pas trop court. Cela arrive et il faut dans ce cas consulter un médecin ORL.

Celui-ci, si nécessaire, effectuera une petite incision du frein de la langue afin de permettre à la langue de monter au palais. Il s’agit d’une toute petite intervention chirurgicale.

Alors, quand consulter un·e orthophoniste ?

Les situations suivantes peuvent être des motifs pour consulter un orthophoniste :

  • votre enfant ne parle pas ou très peu à l’âge de deux ans ;
  • vous ne comprenez pas ce qu’il vous dit ;
  • les personnes de votre entourage vous disent qu’ils ne comprennent pas votre enfant ;
  • votre enfant bégaie ;
  • votre enfant semble frustré ou énervé quand il essaye de parler ;
  • votre enfant connaît peu de mots du quotidien ;
  • les autres enfants de sa classe se moquent de lui ;
  • la maîtresse ou le maître de votre enfant vous a demandé de prendre rendez-vous pour votre enfant auprès d’un·e orthophoniste.

Comment savoir si votre enfant parle suffisamment bien ?

Idéalement, il faut que votre enfant parle « parfaitement » à l’entrée au CP (p1 pour les Belges).

Si l’enfant entre au CP avec un retard de langage, il aura du mal à prononcer le bruit de certaines lettres et fera des erreurs lorsqu’il devra écrire.

S’il prononce « voitu » pour « voiture », il écrira certainement « voitu ».

Quand consulter ?

Il y a quelques années, les orthophonistes recevaient les enfants à partir de l’âge de 3 ans. Depuis peu, nous sommes encouragés à recevoir les enfants plus jeunes, dès deux ans. En effet, nous savons qu’il est indispensable d’adopter les bonnes habitudes le plus tôt possible. Nous appelons cela la guidance parentale précoce.

Pendant les séances, nous donnons des conseils aux parents, notamment tous les conseils de cet article. Nous leur montrons comment faire de la lecture d’images, nous les rassurons, les encourageons à aider au mieux leur enfant.

C’est une sorte de travail d’équipe qui vise à faire progresser l’enfant au mieux. Tout le monde collabore, échange dans une atmosphère de respect, d’écoute et d’échanges en tous genres.

14) Comment obtenir un rendez-vous avec un·e orthophoniste ?

Obtenir un rendez-vous chez un·e orthophoniste/logopède/logopédiste, c’est facile ?

En France, pas du tout !

Les parents qui ont déjà essayé d’obtenir un rendez-vous avec un orthophoniste le savent : ce n’est pas simple ! Dans certaines régions comme la mienne, ça tient même parfois du miracle.

De nombreux orthophonistes travaillent en libéral. D’autres exercent dans des centres comme des CMP (centres médico-psychologiques), des centres hospitaliers ou de rééducation (pour les adultes qui ont fait un AVC ou un accident de la route par exemple). Les orthophonistes salariés sont moins nombreux.

Y a-t-il des hommes orthophonistes ?

Seulement 3 % des orthophonistes sont des hommes. Si vous cherchez un orthophoniste homme, la tâche sera, statistiquement, encore plus difficile.

Comment obtenir un bilan orthophonique et quel est son coût ?

En libéral, le bilan orthophonique est prescrit par un médecin, le généraliste la plupart du temps. Il peut s’agir d’un autre médecin également (pédiatre, neuropédiatre, pédopsychiatre, médecin ORL…).

En France, l’orthophonie est très bien remboursée. 60 % du montant de la consultation est pris en charge par la Sécurité sociale et 40 % par la mutuelle. Il y a une participation de 50 centimes par séance qui reste à la charge des parents.

Et en Belgique ?

En Belgique, la logopédie (orthophonie) est moins bien remboursée, les parents doivent payer une part plus importante de leur poche. De plus, il y a de nombreux logopèdes en Belgique et je pense qu’obtenir un rendez-vous est moins compliqué qu’en France. Vous trouverez la liste des logopèdes belges ici.

Pour les Suisses, j’ai trouvé l’association romande des logopédistes.

Pour les Québécois, vous trouverez ici l’ordre des orthophonistes et audiologistes du Québec.

En France, nous manquons d’orthophonistes et les prises en charge sont généralement longues. Les nouvelles places se libèrent au compte-goutte dans l’agenda de chaque orthophoniste. C’est la raison pour laquelle il est si difficile d’obtenir un rendez-vous rapidement dans la plupart des régions.

En Picardie, de nombreux cabinets ont un système de liste d’attente. Il faut donc s’y inscrire et attendre son tour.

Je comprends vraiment la frustration des parents qui souhaiteraient obtenir un rendez-vous au plus vite pour leur enfant.

Astuces pour obtenir un rendez-vous avec un·e orthophoniste

Même si ces astuces ne garantissent pas d’obtenir un rendez-vous immédiatement, elles vous seront tout de même utiles pour optimiser vos chances :

– appelez tous les orthophonistes de votre ville ;

– inscrivez-vous sur les listes d’attentes en donnant bien vos coordonnées complètes ;

– rappelez régulièrement afin de vous rappeler à eux ;

– ne laissez pas de message désagréable, ça n’arrangera rien (situation vécue bien entendu) ;

– rappelez avant les vacances scolaires, ce sont des périodes un peu moins chargées pour les orthophonistes (certains de nos patients partent en vacances et nous avons parfois de la place pour des bilans) ;

– soyez patients et ne vous découragez pas ;

– si votre enfant présente un bégaiement, précisez-le dans votre message, il s’agit d’une urgence que nous traitons en priorité ! ;

– si votre enfant ne parle pas du tout à 3 ans par exemple, précisez-le également, nous le prendrons en urgence ou vous appellerons pour vous donner les premiers conseils (examen ORL, neuropédiatre…).

Vous trouverez les orthophonistes de votre ville ici.

Méthode de lecture syllabique créé par un orthophoniste : Apili.

Cet article était particulièrement dense, aussi bravo à celles et ceux qui sont parvenus jusqu’ici ! Grâce à ces conseils pour aider votre enfant à bien parler, vous devriez mieux comprendre ce qui se joue lors d’un trouble du langage oral ou un retard. J’espère que ces conseils vous seront utiles et qu’ils sauront vous orienter dans ce vaste sujet. Si vous souhaitez découvrir la méthode de lecture Apili, n’hésitez pas à vous rendre en boutique. Vous trouverez également sur notre chaîne YouTube et notre page Facebook l’actualité d’Apili, mais aussi des conseils réguliers sur l’apprentissage de la lecture, de l’écriture et le langage oral.

 

Sur le même sujet…

6 Commentaires

6 Commentaires

  1. Sarah Vasseur

    Excellent article, très complet et précieux pour l’accompagnement parental !
    Merci pour votre travail

    • Françoise SIMENTERRE

      Mon petit fils de 8 ans a tendance à répéter une ou deux voyelles dans un même mot ex : “je vais voi a r un spectacle ” , ” je trava a ille à la maison” e suis un peu inquiète. Est ce que cela va se régler tout seul ou est ce que je dois en parler à ses parents ? Nous ne le voyons pas souvent, c est pour cela que nous nous sommes rendus compte de ce défaut ( tic ? ) de prononciation. Ses parents ont l habitude de l entendre et donc sont moins attentifs …
      Je suis consciente que , si c est nécessaire, il faut réagir rapidement avant que la correction ne devienne trop difficile .
      Je vous remercie de l attention que vous porterez à ma demande.
      Bien cordialement

      • Benjamin Stevens

        Il est difficile de vous conseiller sans entendre votre petit-fils parler. Cela ressemble à un bégaiement, mais généralement, le bégaiement est présent en début de mot. c c c camion. Vous pourriez simplement en parler à ses parents et leur demander s’ils ont remarqué la même chose que vous? En cas de doute, il est toujours préférable de voir un(e) orthophoniste / logopède pour un bilan. Ce professionnel sera en mesure de l’aider si nécessaire.

Soumettre un commentaire

0
    0
    Votre panier
    Votre panier est videRetourner à la boutique