LIVRAISON SOUS 48 HEURES EN FRANCE

Les obstacles de la lecture : les connaître et les surmonter

24 août 2022

Commentaires

Lire n’a rien d’une évidence. Pour acquérir cette compétence tant convoitée, l’apprenti lecteur se trouve au pied d’une immense montagne à gravir, parfois sans aucun équipement. Dès lors, comment aider les enfants à surmonter les obstacles de la lecture facilement ? Tout d’abord, impossible de vaincre les difficultés sans comprendre d’où elles viennent. Dans cet article, nous essayons de saisir la source des problèmes avant de nous intéresser à leurs résolutions.

Comment un enfant apprend-il à lire ?

L’apprentissage de la lecture ne requiert pas une compétence unique, mais se compose de plusieurs éléments :

  • la conscience phonologique c’est-à-dire la capacité d’entendre et de manipuler les différents sons des mots ;
  • la maîtrise des correspondances phonèmes-graphèmes qui consiste à reconnaître le lien entre les lettres et les sons qu’elles produisent ;
  • le vocabulaire qui s’appuie sur la compréhension du sens des mots, leur définition et leur contexte ;
  • la compréhension de la lecture, soit comprendre le sens d’un texte, qu’il s’agisse d’un livre d’informations, d’un conte, etc. ;
  • la fluidité qui se définit par la capacité de lire à haute voix avec rapidité, compréhension et précision.

La lecture est le produit du décodage et de la compréhension. Cette synthèse paraît simple, pourtant l’apprentissage de la lecture se montre plus compliqué qu’on ne le pense !

Pour apprendre à décoder et à lire le français imprimé, les enfants doivent prendre conscience que les mots parlés sont composés de parties sonores individuelles : les phonèmes.

Pourquoi cette conscience des phonèmes est-elle complexe pour certains enfants ? Pour lire une langue alphabétique comme le français, les enfants doivent comprendre que les graphies écrites représentent les sons du langage parlé. On parle alors de principe alphabétique.

Cependant, des difficultés à percevoir les sons de mots parlés, par exemple avec les lettres muettes, entraînent des difficultés à décoder ou à prononcer de nouveaux mots…

Le lecteur débutant doit connaître les correspondances entre les lettres et les sons, déchiffrer des syllabes, des mots, comprendre le sens des phrases, des textes… Bref, une mission de titan !

Vaincre les obstacles de la lecture avec la méthode de lecture ApiliNon Marc, reviens !
On te promet que tu vas réussir à surmonter les obstacles de la lecture.

 

Quels sont les différents obstacles de la lecture ?

1. Le décodage

Quel est le problème ?

Entre « chat » et « rat », il n’y a qu’un pas. Pourtant, un enfant peut ne pas percevoir que la différence entre ces deux mots se situe au niveau de la lettre initiale. Dans ces cas-là, il aura du mal à accéder à un déchiffrage rapide et efficace. La conscience de la structure sonore de la langue n’a rien d’un jeu d’enfant !

Comme Benjamin Stevens l’explique dans l’article Comment les enfants apprennent-ils à lire ?, ce n’est pas l’oreille qui perçoit qu’un mot parlé se compose de syllabes et que ces syllabes sont composées de phonèmes, c’est le cerveau qui assure cette fonction. Il s’agit des fameuses consciences phonologique et phonémique.

Cependant, chez certains enfants, le cerveau semble avoir du mal à traiter ce type d’information. On parle alors de trouble phonologique, une difficulté courante chez les enfants dyslexiques.

Comment le surmonter ?

Les recherches menées au cours des 35 dernières années sont explicites : l’apprentissage de la lecture n’a rien d’un processus naturel. En effet, l’homme ne lit que depuis 5 000 ans, une période relativement courte. De ce fait, le cerveau humain n’a pas eu le temps de se modifier génétiquement pour la lecture. Pour cette raison, l’apprentissage nécessite un enseignement explicite. On n’apprend pas à lire comme on apprend à parler, par une simple exposition aux lettres écrites.

Si vous suivez Apili depuis un moment, vous connaissez sûrement ce conseil qui revient régulièrement : la lecture d’histoires aux enfants est un indispensable ! En plus de créer un moment de complicité, ce rituel développe la conscience des syllabes et des phonèmes.

Par ailleurs, la lecture à voix haute ou l’écoute de livres audio permet de stimuler l’imagination. De nombreux enfants qui présentent des difficultés de lecture n’utilisent pas leur imaginaire, car le déchiffrage demande de trop grandes ressources. Développer cette capacité améliorera l’attention des enfants, leur motivation, leur compréhension et leur mémoire, toute une panoplie essentielle pour devenir un bon lecteur !

L’apprentissage d’une nouvelle compétence requiert beaucoup d’énergie. Mieux vaut consacrer peu de temps par jour à la lecture plutôt qu’une grosse session hebdomadaire. La régularité donnera davantage de résultats pour surmonter les obstacles de la lecture.

La méthode de lecture Apili permet de surmonter les obstacles de la lecture.

Émilie n’a pas peur des difficultés,
elle est prête à les affronter : à l’abordage !

2. La vitesse

Quel est le problème ?

Pour automatiser la reconnaissance d’un nouveau mot, un enfant moyen a besoin de quatre à quatorze expositions. Certains en auront besoin de moins, d’autres de plus. Pour apprendre à lire, il est essentiel de découvrir une grande quantité de phrases et de mots, en adaptant bien sûr les textes au niveau de lecture.

Avec l’entraînement, le lecteur en herbe comprend alors peu à peu que les mots écrits peuvent être lus en entier plutôt qu’en syllabes, c’est la voie directe de la lecture ou voie lexicale. Le développement de cette voie directe permettra aux enfants de lire de manière fluide et plus rapide.

Comment le surmonter ?

L’apprentissage de l’alphabet est une compétence importante, mais parfois elle peut s’avérer contre-productive pour les enfants de maternelle. En effet, si votre enfant sait réciter l’alphabet comme un poème et qu’à l’entrée du CP (1re primaire), on lui explique qu’une lettre ne se prononce pas comme il l’a apprise, il se peut que sa progression soit freinée. C’est le cas de la lettre « c », le nom de cette lettre est [sé], mais elle se prononce [s] ou [k] en fonction des lettres qui la suivent.

Plutôt qu’une mémorisation parfaite de l’alphabet, mieux vaut donc entraîner la phonologie et apprendre les correspondances entre les phonèmes et les graphèmes. Pour ce faire, vous pouvez chercher les rimes, dénombrer les syllabes ou chanter des comptines.

Votre environnement regorge aussi de possibilités, vous pouvez vous amuser à identifier les objets de la maison qui finissent par le même son : tableau, fluo, manteau, stylo !

Pour augmenter la vitesse, Benjamin Stevens propose de lancer un défi aux enfants : lire un texte de trois lignes en 30 secondes par exemple ou lire des colonnes de mots le plus vite possible. Succès garanti.

Comment faire pour surmonter les difficultés de lecture ?

De la bave de crapaud pour le décodage, une coquille d’escargot pour la vitesse
et un soupçon de gruyère pour la compréhension…

Voilà une potion efficace pour surmonter les obstacles de lecture !

 

3. La compréhension

Quel est le problème ?

Les recherches menées sur la lecture révèlent que la compréhension ne se limite pas à la conscience des phonèmes, au déchiffrage, au vocabulaire ou à la fluidité de la lecture. Bien sûr, ce sont des compétences nécessaires, mais que faut-il de plus ?

Les bons lecteurs réussissent à faire le lien entre les idées présentes dans un document et leurs expériences vécues. Grâce à ce superpouvoir, ils parviennent à résumer, prédire et clarifier ce qu’ils ont lu, de vrais petits Sherlock Holmes !

Lorsqu’un lecteur en herbe rencontre un mot mystérieux qu’il ne connaît pas, il risque de le l’ignorer, ce qui est parfaitement normal. De plus, un effort conséquent consacré au décodage relègue la compréhension au second plan.

L’objectif final de l’enseignement de la lecture est de permettre aux enfants de comprendre ce qu’ils lisent. L’art de la déduction passe par un vocabulaire étendu puisqu’il est difficile de comprendre quelque chose d’inconnu.

Comment le surmonter ?

La compréhension se travaille d’abord grâce aux interactions que nous avons avec les enfants. Vous pouvez parsemer la lecture de votre enfant de questions sur le déroulement de l’histoire, mais aussi sur son ressenti : « que vient-il de se passer ? », « est-ce que tu as déjà vécu cela ? », « à ton avis, quelle émotion ressent ce personnage ? », « Que va-t-il se passer ensuite ? ».

Quelques heures ou jours après cette lecture, vous pouvez en reparler pour savoir ce que votre enfant en a retenu. Résumer une histoire développe l’esprit de synthèse, la mémoire et le langage oral.

Pour motiver les enfants dans leurs lectures, il est important d’aborder des thèmes qui les intéressent. Si les phrases sont à mille lieues de ce qu’ils vivent, les enfants ne s’identifient pas et ne créent pas de connexion entre l’histoire et leur propre vie. Aussi, il n’est pas étonnant que leur motivation diminue.

Quel meilleur moyen que l’humour pour donner aux enfants envie de s’immerger dans l’histoire ?

L’humour sert deux intérêts, celui de motiver les enfants à déchiffrer et à comprendre. Si l’enfant ne réagit pas après la lecture d’une phrase, alors cela peut signifier qu’il ne l’a pas comprise. Ces réactions permettent de mieux travailler la compréhension.

Si les difficultés persistent, vous pouvez consulter un orthophoniste/logopède/logopédiste. Les conseils donnés par les professionnels sont précieux, tout comme leur accompagnement, pour avancer sereinement sur le chemin de la lecture.

 

La méthode de lecture Apili s’appuie sur un univers drôle et attachant pour rendre la lecture amusante pour les enfants. Les illustrations de Rémy Tornior servent aussi à développer des échanges riches autour de la lecture puisqu’elles sont accessibles, chaleureuses et stimulent l’imagination. Vous retrouverez les histoires de tous les personnages dans la boutique d’Apili.

 

Sources :

  • Lyon, G. R. (January/February 2000). Why reading is not a natural process. LDA Newsbriefs. Learning Disabilities Association of America ;
  • Goodman, K.S. (1996). Ken Goodman in Reading. A Common Sense Look at the Nature of Language and the Science of Reading. Portsmouth, NH: Heinemann ;
  • Adams, M J. (1990). Beginning to Read: Thinking and Learning about Print. Cambridge, Mass.: MIT Press ;
  • Lyon, G. R. Why Some Children Have Difficulties Learning to Read.

Sur le même sujet…

0 Commentaires

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

error: Le contenu est protégé !

Inscrivez-vous à notre Newsletter

Rejoignez notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour d'Apili

You have Successfully Subscribed!