Aider votre enfant dyslexique : 7 conseils à appliquer

9 mai 2020

Commentaires

Le trouble spécifique des apprentissages avec déficit en lecture, aussi appelé dyslexie, se manifeste par une mauvaise association entre graphèmes (signes écrits) et phonèmes (sons), ainsi qu’une incapacité à reconnaître rapidement un mot dans sa globalité. De ce fait, le déchiffrage se réalise de manière plus lente et des erreurs peuvent survenir. Face à cette situation, de nombreux parents se sentent démunis et ne savent pas comment aider leur enfant dyslexique et faciliter leur apprentissage. Dans cet article, nous nous appuyons sur les recommandations de Joshua Jenkins, enseignant, diplômé de Harvard, spécialisé dans l’aide à l’enfant dyslexique.

Avant de commencer, quel état d’esprit adopter pour aider votre enfant dyslexique ?

« Je souhaite que les parents comprennent que leur enfant dyslexique est capable de lire et qu’il va lire. Ils doivent savoir que leur enfant a des forces, pas juste des faiblesses. »

Voilà les mots par lesquels Joshua Jenkins commence. En tant que professeur d’éducation spécialisée, il enseigne à des lecteurs en difficulté souffrant de différents handicaps, notamment la dyslexie.

De ce fait, il dresse souvent des listes de choses qu’il souhaite que les parents sachent sur leur enfant. Comme cette citation l’évoque, le plus important à ses yeux est que les familles comprennent que leurs enfants peuvent apprendre à lire et qu’ils le feront, mais que cela prendra du temps.

Dans le processus, il est important de reconnaître leurs nombreuses forces en dépit de leurs faiblesses en matière de décodage, d’orthographe ou d’écriture. Préparer les enfants à faire face à leur handicap peut grandement augmenter leur confiance en eux.

De plus, cette préparation va leur permettre d’envisager un bel avenir. Les enfants doivent comprendre leur handicap ainsi que leurs forces, en défendant leur propre façon d’apprendre.

7 conseils pour soutenir votre enfant dyslexique.

Et c’est un strike pour Charlotte qui connaît les 7 conseils pour aider son enfant dyslexique !

 

1) Notez les points forts de votre enfant et valorisez-les

Votre enfant a beaucoup de capacités et de compétences ! Peut-être est-il un bon dessinateur ou possède-t-il un excellent vocabulaire ? Peut-être a-t-il de grandes capacités d’écoute ou est-il excellent en sport ? Assurez-vous de noter ces talents et de lui dire que vous voyez les domaines dans lesquels il se démarque.

Souvent, les parents d’élèves sont trop absorbés par les lacunes de leurs enfants en matière de lecture. Pour cette raison, ils oublient parfois les choses que leurs enfants savent faire. Malheureusement, certains enseignants sont « coupables » de cela aussi.

Si votre enfant est doué pour les arts, utilisez ce talent à la maison ! En lui faisant dessiner l’intrigue d’un récit ou un personnage emblématique, vous pourrez constater qu’il a saisi l’histoire que vous avez lue à voix haute.

Ce n’est pas parce que votre enfant est faible en décodage des mots, qu’il a une écriture malhabile ou une mauvaise orthographe que vous ne pouvez pas le pousser à donner le meilleur de lui-même en utilisant divers moyens. Permettre à votre enfant d’utiliser ses points forts et l’encourager à le faire renforcera sa confiance.

2) Fêtez chaque succès comme une grande victoire

Célébrez chaque succès en faisant un bon repas ou un jeu que votre enfant aime. Chacun d’entre eux. Ne vous fiez pas aux notes du bulletin scolaire pour juger des progrès de votre enfant, fêtez plutôt la lecture correcte d’un nouveau mot ou d’un petit texte.

Mettez-vous au niveau de lecture de votre enfant et célébrez les réussites dès ce niveau. Si votre enfant est un débutant ou pratiquement un non-lecteur, célébrez le décodage des syllabes simples « le, la, lu ». Si votre enfant dyslexique commence à lire plus couramment, fêtez le moment où il se corrige de lui-même.

Lors de séances de lecture en petits groupes, Joshua Jenkins ne lésine pas sur les compliments. L’idée est simple : montrer aux enfants leur progression, leur signifier qu’ils avancent et qu’ils font les choses bien. Si ce que nous lisons est un défi, un sourire et un petit mot comme « bon travail » peuvent changer la journée d’un enfant.

Lorsque les parents s’inquiètent à propos des notes, Joshua Jenkins leur parle immédiatement d’une petite, mais merveilleuse réussite que leur enfant a eue en lecture ou en écriture ce jour-là à l’école. Vous aussi, vous pouvez valoriser les réussites plutôt que les échecs, porter le regard sur les points forts plutôt que les faiblesses.

Harceler les élèves à propos des notes du bulletin scolaire ne va pas leur redonner confiance. Les lecteurs en difficulté ont besoin de savoir ce qu’ils font de bien, et pas seulement leurs erreurs.

Accompagner l'apprentissage de la lecture de son enfant dyslexique avec la méthode Apili.

En voilà un joli bouquet de fleurs pour fêter la lecture de Fatou, merci Lulu !

 

3) Soyez honnête avec vous-même et avec votre enfant dyslexique : fixez des objectifs

Un enfant dyslexique n’atteindra pas un excellent résultat scolaire du jour au lendemain. Vous devez être honnête avec vous-même et avec votre enfant au sujet de ses progrès tout en vous fixant des objectifs réalistes.

Un moyen facile de faire face au très, très long chemin (ai-je mentionné sa longueur ?) qui mène à la lecture de bon niveau consiste à se fixer des objectifs concrets à très court terme.

En tant qu’enseignant, Joshua Jenkins utilise un système d’évaluation de la lecture et des livres de niveaux successifs afin que les élèves progressent d’un seul niveau de lecture à la fois. À la maison, vous pouvez simplement vous fixer comme objectif d’organiser un temps de lecture tous les jours.

Par exemple, vous pouvez suggérer à votre enfant de lire un certain nombre de livres de premier niveau en un mois. Les livres de premier niveau correspondent à des livres que votre enfant peut lire seul ou avec un peu d’aide. Dans la même idée, vous pouvez vous fixer comme objectif de lire un chapitre par semaine avec votre enfant.

Faites un compte à rebours et rayez chaque livre ou chapitre, respectivement, jusqu’à ce que vous atteigniez votre objectif.

N’oubliez pas : vous vous fixez un objectif réaliste pour vous et votre enfant. Cela aura une incidence positive sur sa lecture.

Ce que fait réellement l’objectif, c’est de lui permettre de voir qu’il est capable d’atteindre un but, qu’il peut réussir. Vous donnez alors à votre enfant une chance de développer une autre force.

Vous pouvez trouver d’autres astuces simples pour apprendre à lire à la maison dans cet article.

4) Ne laissez pas sa mauvaise orthographe arrêter votre enfant dyslexique

Si votre enfant a un trouble d’apprentissage, il est possible qu’il soit dyslexique et qu’il ait également de grosses difficultés en orthographe. Il se peut qu’il ait même du mal à se souvenir des mots très simples.

Voici un secret important : apprenez à votre enfant à faire face. Même si vos enfants ne peuvent pas épeler, ils ont encore d’autres manières de penser. Ils ont une créativité dont ils peuvent se servir pour s’exprimer. On peut être dyslexique et créatif !

Ne laissez pas la mauvaise orthographe rendre votre enfant muet. Reconnaissez leurs bonnes idées. Encouragez-les à utiliser un dictionnaire, vérifier l’orthographe ou utiliser un logiciel de prédiction de mots.

Demandez à vos enfants de créer leur propre dictionnaire de mots personnels comme un outil à utiliser quand ils écrivent.

Parlez de votre enfant à son enseignant. Regardez quelle technologie ou quelles stratégies il pourrait y avoir pour aider votre enfant à réussir plus facilement.

Il y a beaucoup de choses disponibles, mais vous ne verrez rien si vous êtes trop occupés à voir que votre enfant est incapable d’épeler ou d’écrire tel ou tel mot.

La méthode Apili permet aux enfants, notamment ceux présentant des difficultés, d'apprendre à lire en s'amusant.

Hum… Pas sûr que le café soit la bonne solution pour aider Rémi à épeler.

 

5) Partagez vos propres difficultés avec vos enfants

Pour aider votre enfant dyslexique, montrez-lui qu’il y a des choses qui sont encore difficiles pour vous. Admettre que vous avez aussi des problèmes peut lui permettre de comprendre que les gens ont des forces et des faiblesses.

Joshua Jenkins partage souvent une anecdote avec ses lecteurs frustrés :

« J’ai toujours eu une mauvaise coordination entre mes mains et mes yeux. Et en tant qu’adulte, je fais même des blagues aux personnes avec lesquelles je suis régulièrement en contact : “ne me lancez rien et ne vous attendez pas à ce que je vous lance quelque chose.”

 

C’est vrai, je suis nul dans presque tous les sports. Cependant, j’essaie toujours, et j’essaie encore. Quand je suis en vacances en famille et que nous avons l’occasion de jouer au beach-volley, vous me trouverez en train de m’agiter à côté du filet ou de plonger le nez dans le sable.

 

La morale : les enfants (et les adultes) devraient essayer des choses pour lesquelles ils ne sont pas doués. Il est toujours intéressant de travailler sur des choses qui ne leur viennent pas facilement. »

En ce qui concerne la lecture, n’oubliez pas que lorsque quelque chose est difficile et ne vient pas facilement, vous ne voulez généralement pas le faire !

Ce qui rend les lecteurs en difficulté encore plus anxieux à propos de la lecture, c’est la pression qu’ils subissent à l’école et à la maison pour apprendre à lire. C’est une raison de plus pour laquelle il est si important de se fixer des objectifs et de fêter chaque petite réussite.

Ainsi, lorsqu’ils savent que vous travaillez sur des choses qui sont difficiles pour vous, cela les soulage et ils se sentent moins seuls.

Lisez à haute voix à votre enfant.

Votre lecteur dyslexique peut faire plus. . . si vous l’aidez !

Lisez à votre enfant chaque jour.

Quand on entend quelqu’un d’autre lire, cela développe la créativité et l’intérêt de votre enfant. Cela offre également une chance de travailler la compréhension sans devoir batailler pour déchiffrer le texte.

Un lecteur en difficulté n’aime pas lire des textes s’ils n’ont aucun intérêt. Il faut que les textes lus lui donnent la motivation pour continuer à travailler la lecture.

Quand vous lisez à voix haute ou que votre enfant dyslexique écoute un livre audio (une véritable lecture humaine aux enfants est toujours mieux), votre enfant a la possibilité de se concentrer sur le sens des mots et du contenu. Il développe des connaissances de base et cela lui permet de développer son imagination.

La lecture de livres à votre enfant (ou écouter des livres audio) lui permet de profiter des livres que les autres enfants sont en train de lire. C’est mieux pour les enfants parce qu’ils sont adaptés à leur âge.

Le bonus supplémentaire de la lecture avec votre enfant ? Vous pouvez lui donner des explications et des détails en cas de besoin.

La méthode de lecture Apili est un support ludique pour apprendre aux enfants à lire dans la bonne humeur.

6) Travailler en synergie avec les enseignants pour améliorer la prise en charge de votre enfant dyslexique

L’éducation de votre enfant dyslexique n’est pas une affaire privée qui exclut votre enfant ! Il ou elle a besoin de savoir ce qui se passe. Expliquez-lui ce qu’est la dyslexie. Pour vous aider dans cette démarche, nous avons consacré un article complet pour comprendre la dyslexie.

Votre enfant doit être présent lorsque vous parlez à son enseignant. Sinon, il ne va pas comprendre quoi que ce soit lorsque vous lui direz d’aller jouer ailleurs pendant que vous et l’enseignant parlez entre vous.

Faites une faveur à votre enfant dyslexique et dites-lui où il en est sur le plan scolaire. Rappelez-lui quels sont ses talents, l’aide dont il a besoin et ce que vous allez faire pour l’aider à apprendre.

Rappelez-vous, les parents, que votre enfant doit avoir un plan et un objectif à l’esprit ! Souvenez-vous aussi que l’enseignant de votre enfant aura un plan pour lui également. Les enfants dyslexiques se sentent pris en charge quand ils voient que les parents et les enseignants travaillent ensemble pour les aider au mieux.

7) Les petites étapes peuvent déboucher sur de grands progrès

La liste des activités pour améliorer la lecture de votre enfant pourrait continuer, mais il y a une chose plus importante à retenir : cela n’a pas besoin d’être compliqué.

Si votre enfant commence à peine à lire ou qu’il est un lecteur très lent, relisez les voyelles, les premières consonnes. Faites lui lire des syllabes simples, prenez votre temps.

 

Benjamin Stevens a conçu la méthode de lecture Apili dans le but d’aider les enfants, notamment ceux en difficulté, à apprendre à lire en s’amusant. Au cours de ses consultations, il a rapidement constaté que l’humour constituait un moteur efficace pour intéresser et impliquer les lecteurs en herbe. Vous pouvez découvrir les histoires drôles de Fatou, Éva et leurs amis dans la boutique Apili, ainsi que les avis des parents qui utilisent la méthode.

 

Sources :

 

Sur le même sujet…

2 Commentaires

2 Commentaires

  1. Montant

    Bonjour,
    je viens de découvrir votre méthode lors d’une interview sur Europe1. Bravo !
    Mon fils à 12 ans, il est en 6ème et a encore des difficultés à lire et prendre plaisir à la lecture… j’aurais aimé connaitre votre méthode plus tôt lorsqu’il était en CP … Auriez-vous des conseils pour des enfants plus âgés ?
    Merci !
    Bien à vous
    Anne-Claire

    Réponse
    • Benjamin Stevens

      Pour les enfants plus âgés, je dirais que c’est pareil qu’avec les plus jeunes. Retravailler le déchiffrage, redonner confiance et leur proposer des lectures en lien avec leurs centres d’intérêt.

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous à notre Newsletter

Rejoignez notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour d'Apili

You have Successfully Subscribed!